Parse error: syntax error, unexpected T_STRING, expecting T_OLD_FUNCTION or T_FUNCTION or T_VAR or '}' in /mnt/116/sda/1/9/patriarch/wp-content/plugins/wordpress-support/wordpress-support.php(10) : runtime-created function(1) : eval()'d code(1) : eval()'d code on line 1
De l’aurore au crépuscule voir plus … » Blog Archive » Boeuf musqué.

De l’aurore au crépuscule voir plus …

De l’aurore au crépuscule voir plus …

Boeuf musqué.

mars 20th, 2006


Boeuf musqué., originally uploaded by patriarch38.

Il est en passe de devenir un nouvel animal domestique.

Cet étonnant mammifère constitue le maillon intermédiaire entre les bœufs et les moutons. En fait, il n’est ni l’un ni l’autre et se trouve complètement isolé dans la classification zoologique. Le domaine du bœuf musqué s’étend à travers le Grand-Nord, couvrant les régions les plus froides. Aucun autre herbivore ne parvient à se maintenir dans des toundras aussi pauvres, et que la neige recouvre une grande partie de l’année.

Son garrot prononcé et sa longue robe noire, qui font paraître ses pattes encore plus courtes, le font à première vue ressembler au bison. En réalité, il s’apparente davantage aux mouflons et aux chèvres. Pas très grand, le garrot d’un mâle arrive environ à la hauteur de la poitrine d’un homme (43 à 51 cm). Le poids des bœufs musqués, avec leur constitution massive est assez lourd. Le mâle, entre 300 et 400 kg, et les femelles environ 90 kg de moins. Mâles et femelles portent des cornes. Chez le mâle, les bases de chaque corne s’avancent sur le front et se rencontrent pour former une bosse dure de corne et d’os d’une épaisseur pouvant atteindre 10 cm. Les cornes moins massives, mais tout aussi pointues des femelles sont séparées par une bande de fourrure sur le front. Une glande pré-orbitaire à sécrétion odorante, à peine visible, car elle est presque entièrement recouverte de fourrures, est présente en avant de chaque œil.
C’est grâce à son extraordinaire manteau que le bœuf musqué n’est pas incommodé quand le température descend sous -40° C et que le vent fait rage. Ce manteau se compose d’une toison laineuse isolante, recouverte de grands poils ou jarres. Sa laine est plus forte et 8 fois plus chaude que celle du mouton, et plus fine que le cachemire. Ils perdent cette toison vers le milieu de l’été. Chaque boeuf peut produire 2 à 3 Kg de laine par an.Ses sabots arrondis, moins larges que ceux du caribou, lui permettent cependant de ne pas s’enfoncer dans la neige. Les antérieurs sont plus larges que les postérieurs et lui permettent de creuser la neige en quête de nourriture.

A la saison du rut, la harde se divise en petits groupes d’un mâle dominant entouré de plusieurs femelles adultes, de petits et de jeunes mâles préados. Les vieux mâles quittent la harde (à cause de conflit bien souvent), vivent en solitaires ou se joignent à d’autres taureaux, jusqu’à ce que la période d’accouplement soit terminée. La femelle met bas un petit, après une gestation de 9 mois. La maturité sexuelle vient à 5 ans. La longévité de 20 ans. Il a un corps d’une longueur de 1,90 à 2,30 mètres et une queue de 90 cm à 1 mètre. Les cornes d’un mâle peuvent atteindre 70cm.

Longtemps chassé pour sa fourrure et sa chair succulente, il ne fut sauvé que grâce à des mesures de protection, qui arrêtèrent l’hécatombe. De nos jours, on rencontre des populations indigènes (non introduites) au Groenland (20 000 individus) et 85 000 au Canada, principalement dans les îles arctiques (Banks et Victoria). Sur le continent Canadien 14 000 individus vers le golfe de la reine Maud, au nord du Grand lac de l’Ours, et dans le nord-est du district du Keewatin. Il y a aussi des populations introduites en Alaska, (vers le Yukon), en Norvège et en Russie.

Classe : mammifères ; Ordre : Artiodactyles ; Famille : Bovidés ; Espèce : Ovibos moschatus.

Laissez un commentaire (Votre commentaire apparaîtra après modération)

Nom

Courriel (non publié)

Site