De l’aurore au crépuscule voir plus …

De l’aurore au crépuscule voir plus …

De ma boîte à “images” “11″

avril 11th, 2009

Internat. 1946

De ma boîte à ‘’Images ‘’ ‘’11 ‘’

Photo de la classe de seconde en 1946 en internat.

Quand je suis entré au petit séminaire en 42 (à 11 ans) nous étions 25 ou 26, je ne me souviens plus exactement. En seconde, nous n’étions plus que 14 élèves. C’est aussi la première fois que nous prenions une photo de groupe.

C’était un bâtiment très grand, où à côté du premier corps de logis, fut bâti différents autres bâtiments. Le bâti ancien, genre manoir avec un petit clocheton en son mitan, comprenaient : en rez de chaussée, les classes et à l’extrémité gauche, la chapelle. Au premier, les chambres des profs (Tous prêtres) et celle du supérieur. A droite était accolé un autre bâtiment, où se trouvait en bas, un grand réfectoire, et au dessus, les dortoirs. Puis venaient la cuisine et les locaux des sœurs. Les employés laïcs venaient de l’extérieur. Il y avait encore d’autres bâtiments occupaient par l’armée allemande. Et par la suite, quelques temps, par les américains.

Lever à 6 heures, aération des lits, toilette et tout cela en silence. Dans chaque dortoir se trouvait un genre de chambre – alcôve pour le surveillant (un grand séminariste.) Nous ne pouvions porter de pyjamas, que des chemises de nuit, que nous devions enfiler avant de retirer le pantalon et enlever après avoir mis le pantalon. Aération du lit est pliage des couvertures et des draps, comme à l’armée.

Puis nous allions à la messe (obligatoire) et communion (non obligatoire). Ensuite petit déjeuner suivi d’une récréation. Jusqu’à la récréation, c’était le silence complet. La matinée se passait en cours, 3 heures à peu près, avec deux arrêts de 15-20 minutes. A part pour la géo et les sciences naturelles, c’étaient les profs qui changeaient de classe et pas les élèves.

Le repas de midi, était pris en silence, et un élève installait dans une chaire, lisait à haute et intelligible voix, l’histoire d’un saint ou d’une sainte (Le supérieur ne se gênait pas du tout, pour lui demander de mieux articuler ou bien de mieux marqué les virgules ou points par ses silences. (Après avoir agiter sa petite sonnette, bien sûr). Cet élève le faisait pendant toute une semaine, ainsi que ceux qui servaient à tables. (Ce ‘’service ‘’ se faisait à tour de rôle, par affichage tous les samedis !!) Ces élèves mangeaient après les autres. Le supérieur et les profs mangeaient avec nous en bout de salle, table surélevée par une estrade.

Sortis de table, nous allions refaire nos lits, puis récréation jusqu’à 14 heures. L’après- midi rebelote !! Quelques petites récréations. Repas du soir, (même topo qu’à midi) puis après étude, sûrement pour faire la digestion. Coucher à 21 heures et bien sûr, lèvres cousues

Je ne crois pas que nous sommes tous les élèves de seconde dans l’arbre. J’y suis, le deuxième en partant de la droite. En bas, le prêtre est l’abbé Victor, prof de lettres (Français, latin et grec), mais aussi maître de chant, c’est lui qui nous faisait les répétitions des chants grégoriens, lors des grandes fêtes religieuses. C’était aussi mon ‘’directeur de conscience ‘’ (que nous choisissions !). Je m’accordais bien avec lui, d’une part il était aussi rital (traducteur juré auprès des tribunaux), très belle voix et accordéoniste hors pair. Souvent, il venait jouer avec nous au foot ou même au base- ball, du temps des américains. De plus, cool avec les élèves. Je suis sûr qu’il connaissait déjà ceux qui n’iraient pas au grand- séminaire.

Suffit pour aujourd’hui !!

Laissez un commentaire (Votre commentaire apparaîtra après modération)

Nom

Courriel (non publié)

Site