Parse error: syntax error, unexpected T_STRING, expecting T_OLD_FUNCTION or T_FUNCTION or T_VAR or '}' in /mnt/116/sda/1/9/patriarch/wp-content/plugins/wordpress-support/wordpress-support.php(10) : runtime-created function(1) : eval()'d code(1) : eval()'d code on line 1
De l’aurore au crépuscule voir plus … » Blog Archive » Saint-Germain-de-Livet (Calvados)

De l’aurore au crépuscule voir plus …

De l’aurore au crépuscule voir plus …

Saint-Germain-de-Livet (Calvados)

octobre 23rd, 2012

Saint-Germain-de-Livet (1986)
photo: www.phil-ouest.com

Saint- Germain- de- Livet . (Calvados)

Niché au fond d’un petit vallon verdoyant, à quelques kilomètres de Lisieux, le manoir de Saint-Germain-de-Livet, que La Varende disait être “un petit bijoux pour une princesse -enfant”, n’appartient à aucune grande école architecturale. Il n’est ni médiéval, ni Renaissance, ni classique, mais il résume à lui seul tout ce que l’art normand a produit de plus harmonieux au pays d’Auge.

Une légende veut qu’au XIème siècle, les propriétaires de ces lieux, les puissants seigneurs de Tournebu, hommes de bon cœur mais de mauvais caractère, avait eu avec leur roi quelques difficultés et que Sa Majesté excédée par le comportement de ses vassaux turbulents, leurs ait défendu de paraître devant lui: “à pied, à cheval ou en voiture.” or peut avant que ne commencent les premières escarmouches d’une bataille qui s’annonçait difficile, le roi apprit que les Tournebu, au grand complet, armes au poing, étaient là. La colère du monarque, irrité par cette insolence, fut violente. Le messager calma le suzerain en lui expliquant que les Tournebu n’avaient pas transgressé ses ordres Ils se présentaient sur le champ de bataille non “à pied, à cheval ,ou en voiture” mais montés sur des bœufs.

L’intervention de ces inhabituelles montures, chargeant un ennemi n’en croyant pas ses yeux, fut décisive. La panique se mit dans les rangs adverses. Le roi, bon prince, et de surcroît victorieux, pardonna volontiers à ses sujets dont l’esprit, la fidélité et le courage faisait oubliait la mauvaise tête. Voilà pour la fin de la légende.

Construit de 1561 à 1578, le château actuel a appartenu jusqu’à une date relativement récente aux descendants des Tounedu. En 1920, il devint la propriété de Mr Pillaut, apparenté au célèbre ébéniste de Louis XVI, Reisener et au grand peintre Delacroix. c’est pourquoi l’on trouve dans ce château, dont la ville de Lisieux a fait l’acquisition, de précieux souvenirs de ces deux artistes. Extérieurement, le contraste est grand entre la cour, où l’on peut voir un fort curieux bâtiment en colombage, la façade et les tours où se combinent, en magnifique symphonie de couleurs, des briques vernissées allant du blanc le plus pur au rose tendre ou au vert glauque.

A l’intérieur, le visiteur retiendra plus particulièrement la grande chambre du 1er étage au surprenant carrelage du Pré d’Auge. Il s’attardera aussi dans la salle des gardes et la salle à manger dont les cheminées monumentales constituent le plus bel ornement. Mais peut-être regrettera-t-il que le souvenir des Tournebu, ait pratiquement disparu de ces murs.

Timbre dessiné et gravé en taille-douce par Claude Haley. Format horizontal 36 x22mm. Vente anticipée le 1er mars 1986 à St Germain-de-Livet et vente générale le 3 mars 1986.

Source: Collection philatélique de la Poste.

Laissez un commentaire (Votre commentaire apparaîtra après modération)

Nom

Courriel (non publié)

Site